Libre comme l'Eire

Libre comme l'Eire

SANDY IN SANDYMOUNT

Peut-on ecrire le silence ? Peut-on ecrire le matin paisible d'une plage irlandaise ? L'air marin me rappelle Malahide, mot magique depuis que je m'y suis assise, comme aujourd'hui, face a la mer.

Un homme semble marcher sur l'eau. Les poussettes passent, les chiens aussi. Une ou deux sportives marchent ou courent le long de la plage, et moi  je me contente de contempler l'immensite.

La plage de Sandymount, ce n'est pas la plage tropicale des cartes postales,

mais une plage proche de nos paysages bretons,

bien que la meteo le demente aujourd'hui. Les belles journees sans une goutte de pluie sont rares dans cette region, mais quand elles viennent c'est l'ete le plus doux qui se pose sur les etres, proche d'un printemps reve qui semble ne plus exister, tant on passe de l'hiver a l'ete d'une seche facon.

Un parachutiste vole au loin. Multitude de poussettes et de chiens passent, autant de definitions du bonheur qui trottent ou roulent sous la brise legere.

Le grand jardin a son cote ravit les mamans epanouies et les papas golfeurs.

La pointe de ma plume a une pointe d'ironie, car le bonheur en ces lieux semble le meme pour tous. Une ironie aussi a ma propre adresse : a tant voir de sourires sur les visages aimants, je me laisserais peut-etre tenter un jour par cette felicite qui semble resumee en deux mots : les enfants et le chien.

Les gens passent. Les enfants sont beaux comme des images d'Epinal. Les chiens sont en forme comme dans les pubs pour croquettes. Et ils ont l'air heureux, devant leur maison sortie tout droit d'un manuel scolaire.

Pourquoi le bonheur est-il toujours suspect ? Il se trouve demantele dans Desperate Housewives, ou les jolies maisons cachent souvent les crimes les plus abominables, et les sourires convenus de viles intentions...

Le bonheur est suspect. Pire, il est ennuyeux a mourir. A l'instar du soleil evoque precedemment, il ne donne rien a ecrire. Ne dit-on pas d'ailleurs des gens heureux qu'ils sont "sans histoires" ?

Alors on invente des vices aux femmes distinguees, comme la splendide Bree du feuilleton,

 

ou de petits soucis a regler en trente-cinq minutes dans les series moins palpitantes.

Le bonheur, a en croire les series americaines, est comme les sourires de leurs personnages : blanc, eclatant, sans defaut.

L'ironie de cette annee veut que dans mon choix aventureux, je me retrouve dans une maison boheme d'un quartier chic avec petit jardin (pas de chien qui court, pas encore) entre deux peintres et une actrice. Le hasard a aussi voulu que je partage cette maison avec un ecrivain.



26/08/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour