Libre comme l'Eire

Libre comme l'Eire

LES W.P.D.s

Ils est assis, c'est certain. Ils a l'air pensif, mais ne reflechit en rien a l'exercice ou la lecon proposes.

On pourrait dire, comme Paul Valery...

'On voit a sa courtoisie qu'il est absent.'

Il y en a un, visage de jeune homme, cheveux chatain, silencieux, absent bien que dans ma classe, l'air reveur devant son devoir de grammaire. Un  autre baille ostensiblement. Je ne connais pas son prenom, il n'est venu que deux fois. Ils sont de ceux qui chauffent la chaise, notent leur nom sur la feuille pour faire semblant d'etre la et revent d'etre ailleurs, a la plage, au match de foot, dans leur lit parce qu'il est neuf heures du matin et qu'il est bien cruel d'entendre parler du conditionnel a cette heure-la.

En anglais, on trouve plein d'expressions pour ces eleves qui regardent les mouches voler...




Waiting for the grass to grow (attendre que l'herbe pousse)

Stare into space (regarder dans le vide)

et ma preferee :

Watch the paint dry (regarder la peinture secher)

D'ou mon surnom pour ces etudiants qui s'ennuient sur les bancs de la fac: les WPDs.

Et puis il y a les Attachiants, qui ouvrent leur gueule pour rien, pour rire, pour etre regardes, estimes, aimes autrement que pour leurs devoirs, qu'ils rendent sur une feuille de brouillon froissee, ou ne rendent pas, trop occupes par la beaute brune assise devant eux, et dont ils essaient en vain de deviner le numero de telephone.

Les Attachiants vous sautent presque dessus de joie pour vous serrer dans leurs bras, quand ils vous croisent dans les couloirs. Ils sont cavaliers en gestes et en paroles. Ils font preuve d'insolence respectueuse, tant il est vrai que l'insolence, si elle est brillante, represente la plus haute forme d'estime.

Le fou de Shakespeare ne revele-t-il pas les verites les plus fines sous couvert de boutade ?




29/10/2009
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour