Libre comme l'Eire

Libre comme l'Eire

LES REVEILLORPHEES

Jeudi matin. 8h15. J'arrive a la fac pour mon premier cours de grammaire de la journee.

Reveil difficile. Le portable a sonne plusieurs fois avant que je ne me decide a soulever ma couette tiede et affronter la fraicheur de ma chambre au matin, avant celle, terrible, du dehors.




Petits yeux, grand besoin de sommeil, je ressemble a la femme du Yeti



Veux pas y aller...

                            Mais si, tu les aimes, tes etudiants.

                            Je vais me porter pale et avoir            quelques heures de plus de sommeil...

                      Mais ils ont besoin de toi...

      Et moi j'ai besoin de rever un peu plus longtemps,
                                             apres tout, je suis ecrivain,
                                   enfin j'essaie d'ecrire...

              Mais tu aimes le petit matin dans ce pays !

Oui, mais je n'aime pas ce qui vient avant le matin, cet instant d'avant la realite d'une chambre et d'une journee de travail, le flou de mon regard avant les lunettes sur le nez.

Et pourtant, c'est l'instant des possibles, le reveil : on se souvient avoir reve, de devoir realiser ses reves, dans la journee qui vient et celles qui viendront, pour pouvoir dire un jour :

"Plus besoin de songes. Le bonheur se vit les yeux ouverts."



   Oui. Il n'empeche que mon premier cours de grammaire du jeudi matin, je le surnomme "The land of the brave."


LE JEUDI A NEUF HEURES, TOUTES LES AMES SONT      ENVAHIES PAR LE SOMMEIL. TOUTES? NON! UNE POIGNEE D'IRREDUCTIBLES RESISTENT ENCORE ET TOUJOURS A    L'ENVAHISSEUR.                                  



Mais non, mais non, Shandy, tu t'es trompe de carte !



Ah, voila.

Cette chose blanche qui arrive de l'est et menace la cote dublinoise, on vous dit que ce sont des nuages, une perturbation, un anticyclone, ou les anglais qui s'amusent a partager leur meteo navrante avec leurs voisins ?


Pas du tout.

Cette chose blanche que vous voyez, c'est du sable.



Parfaitement. Du sable.


On raconte maintes sottises aux enfants, mais l'histoire du Marchand de Sable est authentique.





Il deverse son sable blanc du ciel, que les adultes appellent, dans leur fausse intelligence, nimbus, stratus, et autres cumulus.

Sur les cartes meteo, on ne voit jamais que le sable du Marchand.

- Rien a voir, alors, avec le temps qu'il fait ?

- Rien a voir, mon cher Shandy. La preuve, c'est que la meteo n'a jamais su predire le temps qu'il fera.

Si l'on observe attentivement le sable blanc, on saura qui sera frais de bon matin, qui restera dans les bras de Morphee, et qui se laissera bercer dans un entre-deux.

Ceux-la s'appellent

Les Réveillorphées

Leur nom est une combinaison du mot   latin "revello" (arracher, oter de    force)et du nom "Morphee,"dieu grec   du sommeil.                         


Les Réveillorphées balancent donc entre reveil et sommeil. Le sable du Marchand passe juste au-dessus, en trop faible quantite pour assurer la poursuite des reves, mais en trop grande quantite pour un lever dynamique.

Jetons a nouveau un regard sur la carte du Marchand de Sable :

 

Voyez comme la region de Dublin est dans une zone floue, comme le sable blanc y passe, mais a peine, pousse par le vent vers nos voisins britanniques ?

Voila pourquoi les dublinois avaient du mal a se lever ce matin. On dira que c'est folie de donner un cours de grammaire francaise a neuf heures, et d'arriver a 8h15 pour que tout soit en place. On dira aussi que les bus dublinois nous obligent a nous lever plus tot, pour ne pas les rater et attendre le suivant une demi-heure dans le froid?

Nul besoin de chercher minuit a quatorze heures. C'est la faute au Marchand de Sable. 


- J'ai une derniere question.

- Oui, Shandy ?

- Comment se fait-il qu'on ne voie jamais le Marchand de Sable sur les photos satellites de la meteo ?

- Eh bien... d'apres Baudelaire,

"L'intelligence du diable est de faire croire qu'il n'existe pas."

C'est peut-etre le talent des anges aussi.




26/02/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour