Libre comme l'Eire

Libre comme l'Eire

HOUSE & HOME

J'ai trouve une jolie chambre, dans une maison pas tres grande et agreable que je partage avec une femme ecrivain, et dit comme ca tout parait simple. On penserait que debarquer a l'etranger avec sa grosse valise et essayer de s'y installer, se faire de nouveaux amis ou se demerder avec un nouveau job relevent de l'aventure. Pas du tout. C'est quand on commence a chercher une piaule a Dublin que ca devient rocambolesque.

Alors j'ai tout vu. De la chambre cage a lapin du campus universitaire avec armoire de la taille d'une boite a chaussure avec colocataire insupportable a la maison pourrave en centre-ville, qui ressemblait un peu a ca :

La chambre coutait un prix exhorbitant. Qu'est-ce qu'on obtient pour moins cher, alors ?

Idealement, on souhaite une jolie chambre, assez spacieuse, de gentils collocs, un beau quartier, sympa mais pas trop cher, un coin avec des pubs sortir, mais pas trop bruyant quand-meme. Sauf qu'a force de chercher le mouton a cinq pattes, on en oublie l'essentiel : l'etat de la maison ou de l'appartement en question. Ah, les communs a partager avec des collocs un rien negliges, qui accueillent parfois d'autres collocataires, pas toujours bienvenus...

Alors on connait la vieille legende de l'alligator dans la salle de bains...

A moins qu'il ne s'agisse d'un vrai colloc, qui, disons,

soit du genre a montrer les dents

 

Bref, pas simple de trouver chaussure a son pied, ou maison a son gout.

N'exagerons rien. On peut vivre tres bien avec tres peu.

Mais peut-etre pas trop peu.

Pourquoi ne peut-il pas arriver, dans la vie, de trouver a la fois la maison, la region, et le mari ideal qui va avec, comme Lizzy dans Pride and Prejudice ?

Ah, ces demeures anglaises se refletant dans les eaux d'un lac, et l'herbe fine d'un jardin ou les oiseaux chantent, un petit paradis digne des chateaux des longs metrages de Disney, avec des ecureuils qui courent, tout ca...

Mais soyons serieux. A moins de rencontrer par hasard le prince William dans un pub... et de le faire boire... beaucoup... pas de prince charmant en vue.

Citoyenne du monde, je suis un peu chez moi partout. Mais ce n'est pas si simple. L'Irlande, c'est chez moi, et meme si j'ai bien envie d'etendre mon hamac dans ses plus beaux paysages...

- Quoi encore, Shandy ?

- Le hamac !

- Quoi, le hamac ?

- Ne me dis pas que tu ne vois pas la digression venir ?



30/08/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour