Libre comme l'Eire

Libre comme l'Eire

FRIDAY NIGHT IN TEMPLE BAR

Premier vendredi soir a Dublin, dans ce qu'on appelle "le quartier culturel", qui est en realite celui des pubs.

Pour se reperer dans Dublin, le mieux, c'est quand meme les pubs. Les pubs de Dublin, c'est un peu comme les brasseries parisiennes: il en y a tous les deux metres. Alors evidemment, il y a celui-la, qui a donne son nom au quartier



Mais mon favori reste le Gogarty, ou l'amibiance est fabuleuse y compris un mercredi soir...



Bonde le samedi soir, c'est le lieu de predilection des futurs maries qui souhaitent enterrer leur vie de garcon ou de jeune fille. Les tenues extravagantes et t-shirt potaches se suivent et ne se ressemblent pas, les gens chantent et dansent, trinquent sans se connaitre, les pintes de Guiness tintent au son pop rock d'une guitare folk. A chaque pas, un nouveau musicien de rue, un nouvel univers, comme une fete de la musique permanente. Tous les ages se mettent a l'ouvrage, petit gars au tambourin, fille ainee a la harpe, frero a la guitare, maman a la flute et papa
au piano. La musique est une religion dans cette ville, et les musiciens ne sont pas des amateurs qui enchainent peniblement trois accords de guitare...

Deux chanteurs, chacun sa guitare et sa voix, m'ont epatee hier. Ecclectiques, infatiguables,  ils chantaient  comme on respire.

Avant, quand je pensais aux quais, je voyais plutot ca



Mais depuis que ces messieurs m'ont seduite, je pense au pub qu'ils ont enchante  de chansons...



- Bon, tu n'as pas fait qu'ecouter de la musique, hier ?
- Euh, si.



- Oh, tu veux parler de ca...



- Tout juste.
- D'accord, j'admets. Mais un veritable Irish coffee, j'en avais pas pris depuis mon premier passage a Dublin, alors autant dire que ca faisaitt longtemps.
- Mauvaise excuse. Tu en as pris juste un, heureusement.
- Bien sur.



- OK. Le premier, c'etait aux quais.


Le deuxieme, c'etait au Gogarty.


Le troisieme, c'etait aux quais. Je crois. 


Si. Je m'en rappelle. Meme qu'une nana avait laisse tomber son portable dans les toilettes, et que je l'ai aidee a le retrouver. C'etait un portable noir a retrouver sur du carrelage noir, alors quand on est myope et qu'on a pris trois Irish coffee, c'est pas simple.

Pele-mele des souvenirs d'un bresilien qui surveillait des pizzas, deux ou trois videurs sympathiques, une espagnole qui parlait francais, et un jeune homme desesperement irlandais, grand, degingande et timide, d'une maladresse touchante, aui me rappelait Paulie, le petit ami de Juno dans le film du meme nom

Comme tous ses compatriotes, l'irlandais faisait tout a l'envers.

Je veux dire par la qu'on a parle relations amoureuses en debut de conversation, et qu'on a termine par la meteo.

Pardon, une digression vient...

 



15/08/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour