Libre comme l'Eire

Libre comme l'Eire

CHILI CON CHOCOLATE

C'est au moment de la quitter que je vous la decris, mon auberge irlandaise, qui rappelle tant l'auberge espagnole de Klapisch...



Barcelone ou Dublin, toute l'Europe et davantage se retrouve dans une auberge dublinoise, riche surtout des jeunes sans le sou qui la font bourdonner. Jeunes filles polonaises, australiennes et francaises se lient d'amitie dans la meme chambre, et tous echangent leurs aventures dans un anglais colore de "r" roules, de diphtongues arrondies, de vocabulaire approximatif illustre par la langue des signes.

Le film de Klapisch a le talent de laisser resonner toute une generation, perdue mais pas forcement perdante, joyeuse et cosmopolite, dans une Europe qui s'ouvre comme le coeur de ses habitants se croisant au hasard d'un voyage linguistique.

Je me sens proche du personnage de Romain Duris: comme lui, je suis un vrai bordel. Je ressemble a ce joyeux desordre qui caracterise souvent les auberges de jeunesse, plat indien ici, pates bolognaise la, petits budgets et gros plats a partager entre inconnus qui s'aiment.



En parlant de gros plats et de bonne franquette...

Hier j'ai mange mon enieme chili, celui-la etait a 5 euros a l'auberge, l'occasion de discuter avec une irlandaise a moitie sri-lankaise, deux ou trois francais qui se trouvaient la, une portoricaine new-yorkaise et sa fille, de beaux italiens, de belles australiennes, un texan bon vivant et un syrien melancolique.

Et de partager avec eux ce chili genereux, biere offerte. Mais je n'aime pas la biere. Alors j'ai pris, comme dans l'enfance, du chocolat au lait.



Etrange association, me direz - vous ?

Pas si etrange, quand on considere ce plat a l'image de l'auberge : epicee et sucree, douce et piquante, salee, acidulee, mille saveurs en bouche, mille accents aux oreilles et mille joies au coeur.

Pour retrouver cette jeunesse qui m'avait tant manque,  j'ai imite Romain Duris a la fin du film. En voyant que le costard-cravate ne m'allait vraiment pas...



je me suis enfuie en courant.



et j'ai retrouve mon fidele sac a dos.



- Une digression galope, me dit Shandy, un chapitre, vite, un chapitre !







28/08/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour